Retour Menu Général
St Pierre

lat. 14°36 N  --  long. 60°59 W
- Fort de France
- St Pierre
- La plantation Leyritz
- La côte Atlantique
- Diamant
- Ilet Chevalier
- L'église de Balata
- Le jardin de Balata
- St Anne
.
Retour Menu Martinique
Il y a actuellement 7 photos sur cette page.

Les plages noircies par les cendres, témoignage du martyre de la ville

 
 
 
 
 

Le Saviez-vous ?

Morne : Petite montagne ou colline
   

 
 
 
 
 

.
.
Les premiers colons de Martinique s'installent à Saint-Pierre dès 1635 et de là, partent à la conquête du reste de l'île. Le commerce du sucre de canne est florissant, celui du bois d'ébène aussi. Afin d'éviter de se soumettre au joug colonisateur, les derniers autochtones de Martinique, les Caraïbes, se seraient alors suicidés en se jetant d'une falaise au nord de la ville, nommée depuis le Tombeau des Caraïbes. La ville se développe grâce à l'industrie sucrière et au commerce des esclaves. Le port de Saint-Pierre attire alors des navires et marchands du monde entier. Surnommée le Petit Paris, le Paris des Isles, la Perle des Antilles ou encore la Venise tropicale, la ville était alors le chef-lieu mais aussi la capitale économique et culturelle de toutes les Antilles.
 
En 1900, Saint-Pierre, ville prospère de 28 000 habitants, cas unique dans la région, possédait un équipement particulièrement moderne : un réseau d'éclairage urbain électrique, un tramway hippomobile, deux câbles transatlantiques, le téléphone, un théâtre de 800 places, une Chambre de Commerce, l'un des premiers asiles soignant les aliénés, un jardin botanique et un port particulièrement actif.

Le 8 mai 1902, suite à l'éruption de la Montagne Pelée, la ville est rasée en quelques secondes...

La ville reste alors en cendres pendant plusieurs décennies avant d'être progressivement reconstruite (la Chambre de Commerce reconstruite est actuellement un des plus beaux ouvrages architecturaux de l'île).

Actuellement classée Ville d'Art et d'Histoire, l'activité de Saint-Pierre est basée essentiellement sur le tourisme et notamment sur la plongée, le port présentant de nombreuses épaves de navires.

Saint-Pierre est désormais le siège d'une troisième sous-préfecture.
.

.

.
 
Avec ses 1 397 mètres,  la Montagne Pelée domine la Martinique. Elle figure parmi les volcans les plus célèbres du monde depuis son éruption de 1902.

St-Pierre ainsi que les 40 navires à l’ancre dans sa baie fut dévastée en 90 secondes par une nuée ardente dévalant la montagne à 500 km/h, il aurait eu 28 000 morts et deux survivants à l'éruption : un prisonnier, Cyparis, protégé par les murs épais de sa cellule, put survivre à la catastrophe, un second cas, celui du cordonnier Léon Compère, est aujourd'hui toujours sujet à caution.

Rayée de la carte par l'éruption , Saint- Pierre n'a jamais retrouvé son passé prestigieux et ce fut la fin de la rivalité avec Fort de France. Sur les cendres de Saint-Pierre, un nouveau village fut reconstruit. Aujourd'hui les activités de Saint- Pierre sont principalement tournées vers le tourisme.

 L'étude des causes du désastre a marqué le début de la volcanologie moderne avec la définition et l'analyse du risque volcanique le plus mortel : les écoulements et les éruptions pyroclastiques, aussi appelées nuées ardentes. La Montagne Pelée a également prêté son nom aux éruptions de type peléen.

Sept communes sont installées sur les flancs du volcan : Le Prêcheur, Saint Pierre, le Morne-Rouge, Grand-Rivière, Ajoupa-Bouillon, Basse-Pointe et Macouba. La Montagne Pelée fait partie d'un arc volcanique qui s'étend sur près de 850 km, depuis Porto Rico jusqu'au continent Sud Américain, dans la zone de contact des plaques Caraïbe et Atlantique.
Même s'il semble plongé dans un profond sommeil, le volcan est toujours actif (sources chaudes et légère activité sismique). 
La montagne Pelée vu du théatre Le théatre détruit en 1902 Statue dans le théatre Quartier du Figuier
.
Retour Haut de page